> Accueil > Tous les films > Action > White house down
Affiche du film White house down

White house down


Sortie  2013  (2h12)
Réalisé par  ,
Avec  , , ,
Genre 
Nationalité  Usa
Voir la bande-annonce
Presse vote ouivote ouivote ouivote nonvote non (3/5)

Acheter White house down sur Amazon.fr

Résumé du film White house down

Membre de la police du Capitole, John Cale vient de se voir refuser le job dont il rêvait : assurer la protection du président des États-Unis. Espérant éviter à sa fille une déception lorsqu’il lui apprendra la nouvelle, il l’emmène visiter la Maison-Blanche. C’est à ce moment qu’un groupe paramilitaire lourdement armé attaque le bâtiment. Alors que le gouvernement américain sombre dans le chaos, Cale va tenter de sauver sa fille, le président, et le pays tout entier…

Les Critiques de la Presse vote ouivote ouivote ouivote nonvote non

20 Minutes:
Il s’agit là de divertissement pur du meilleur cru. Le duo Jamie Foxx/Channing Tatum apporte des touches d’humour bienvenues au milieu d’un feu d'artifice qui donne envie de crier «encore baboum!»

Le Journal du Dimanche:
Roland Emmerich déploie l'artillerie lourde dans ce film d'action spectaculaire, trépidant et jouissif.

Les Fiches du Cinéma:
Roland Emmerich s'amuse avec cette série B surpuissante, à la fois sûre d'elle et à la limite de la parodie. Un plaisir coupable et plus malin qu'il n'y paraît.

Les Inrockuptibles:
Prenant la forme d’un "Piège de cristal" présidentiel (...) "White House Down" s’investit de la façon la plus sincère qui soit dans un dynamisme de l’écriture qu’on croyait révolu dans le blockbuster moderne (...)

Première:
(...) les références à la saga "Die Hard" sont évidentes. La supériorité de "White House Down" sur son concurrent tient à son ancrage résolument moderne (le président est noir et cool ; l’ennemi vient de l’intérieur, comme dans la série Homeland), à son casting cinq étoiles, à son second degré totalement assumé et à ses moyens décuplés.

Télérama:
Une agréable surprise, qui rappelle les blockbusters des années 1990.

Chronic'art.com:
"White house down" est un remake fort sympathique de Die Hard, ramené dans le giron emmerichien du patriotisme acrobatique – comme il y a du ski ou de la gym acrobatique

CinemaTeaser:
Roland Emmerich convoque sans s'excuser les 80's pour livrer un actionner jouant clairement la carte parodique et où le duo Tatum / Foxx excelle.

Critikat.com:
Roland Emmerich aurait-il été, comme tout le monde, atterré par la qualité du dernier Die Hard, et voulait-il donner son Die Hard à lui ? Dans ce cas, c’est réussi.

Ecran Large:
Blockbuster (n.m.) : film 100% spectaculaire et décérébré, qui dépasse son côté bourrin assumé grâce à une avalanche d’action aussi absurde que palpitante. Prière de considérer le produit uniquement pour ce qu’il est.

Paris Match:
"White House Down" est tellement second degré qu’il tient du plaisir coupable, à condition de débrancher son cerveau et de ne jamais réfléchir aux motivations des méchants. (...) Le film reste néanmoins réjouissant dans ses détails abusés.

Positif:
(...) divertissement respectable, filmé sans honte ni dérision.

TéléCinéObs:
Si l’on apprécie l’humilité professionnelle d’Emmerich, son respect absolu du spectateur de multiplexe, son manque patent de virtuosité désamorce en grande partie les enjeux cauchemardesque du film et confère à celui-ci un sentiment d'inachevé. Il n'empêche qu'on reste tout de même preneur.

aVoir-aLire.com:
On ne saurait que trop recommander à Roland Emmerich de s’essayer à l’auto-dérision. Le réalisateur échapperait sans doute un peu aux sarcasmes de la presse et des spectateurs, las de voir sans-cesse les caricatures de film et d’idées foisonnant partout.

TF1 News:
C'est divertissant, pour sûr, mais inconséquent et dépassé aussi.

Charlie Hebdo:
(...) Roland Emmerich réalise toujours le même film et, fait remarquable, n'a pas progressé d'un iota en quinze ans.

Le Monde:
Scènes d'action souvent grotesques n'exploitant que peu le potentiel du décor offert au réalisateur, blagues lourdingues (...), ce film consternant s'achève là où l'obsession de Roland Emmerich pour la Maison Blanche avait commencé.

Les Commentaires des Spectateurs sur le film White house down

Annonces