> Accueil > Tous les films > Animation > The prodigies
Affiche du film The prodigies

The prodigies


Sortie  2011  (1h27)
Réalisé par  ,
Avec  , , ,
Genre 
Nationalité  France
Voir la bande-annonce
Presse vote ouivote ouivote ouivote nonvote non (3/5)

Acheter The prodigies sur Amazon.fr

Résumé du film The prodigies

Imaginez-vous doté d’une intelligence surhumaine, du pouvoir de contrôler les autres par la force de l’esprit, de les transformer en marionnettes dépourvues de volonté, obéissant à vos ordres les plus fous… Ce don fascinant et terrible Jimbo Farrar le connaît bien car depuis son enfance, il le possède.
Brillant chercheur à la tête de la Fondation Killian pour enfants surdoués, très amoureux de sa femme Ann, Jimbo n’a qu’un but : trouver d’autres prodiges comme lui. Il imagine alors un jeu en ligne d’une complexité extrême et finit par découvrir cinq adolescents qu’il décide de réunir à New York.
Conscients de leur différence, isolés et incompris, ces prodiges se retrouvent un soir à Central Park. Enfin, ils ne sont plus seuls. Mais ils sont alors sauvagement agressés et leur destin bascule. Ignorés par la police, abandonnés par ceux qui devaient les protéger, en état de choc, ils déchaînent alors leurs pouvoirs avec une intelligence diabolique, éliminant sans laisser de trace ceux qui les ont trahis...
Jimbo est le seul à l’avoir compris, mais aussi le seul à pouvoir les arrêter. Il va devoir combattre le déchainement de violence de ses esprits-jumeaux… à moins qu’il ne décide de se joindre à eux…

Les Critiques de la Presse vote ouivote ouivote ouivote nonvote non

20 Minutes:
Cette expérience unique se révèle une vraie claque visuelle dont les ralentis suspendent le spectateur entre le temps et l'espace pour des scènes d'action remarquablement viscérales.

Le Journal du Dimanche:
On est captivé par le scénario sans concession, qui assume jusqu'au bout son parti pris radical. (...) Grâce à sa mise en scène audacieuse et à la 3D qui favorise l'immersion, on oublie vite qu'il s'agit d'un film d'animation.

Le Point:
L'ombre d'Akira d'Otomo plane aussi sur ce dessin animé, plutôt bien troussé.

Mad Movies:
(...) Charreyron se fait virtuose, multiplie dès l'introduction des plans-séquences ahurissants (dans une 3D plutôt convaincante, une fois n'est pas coutume) (...). Ne sacrifiant jamais au spectacle une passionnante galerie de caractères (...), Charreyron (...) [réussit] l'impossible : façonner un film de science-fiction ambitieux, accrocheur, sombre et généreux.

Première:
Guetté par le trop-plein (de violence, d'action, de noirceur), "The Prodigies" remplit néanmoins sa mission : émouvoir.

Excessif:
Le résultat, impressionnant, souffre malgré tout de maux l'empêchant de développer tout son potentiel : la caractérisation faiblarde de personnages secondaires, la concentration de l'intrigue et pas mal de raccourcis, amputent certaines ambitions d'un projet voulu comme une alternative à l'Entertainment US.

Filmsactu:
Un bon divertissement graphiquement un peu décevant, mais suffisamment profond pour être captivant de bout en bout.

L'Ecran Fantastique:
(...) Ce film possède une véritable identité forte et innovante [mais] révèle parfois un côté artificiel et désuet dans la modélisation des personnages. Au final, Antoine Charreyron signe une première oeuvre animée radicale qu'on aurait souhaitée plus longue et plus développée (...).

Les Inrockuptibles:
Mais ni la 3D décorative, ni les mouvements de caméra hystériques ou l'hideuse motion capture ne sauraient entamer l'émotion du roman d'initiation de Bernard Lenteric, "La Nuit des enfants rois", dont le film reprend l'idée originale.

Metro:
Le résultat est assez époustouflant d'un point de vue visuel (...). En revanche si la noirceur du livre n'est jamais édulcorée, l'émotion peine à affleurer sur ces visages de pixels un peu trop formatés (...).

Ouest France:
C'est justement dans son graphisme que le film déçoit un peu, avec une dimension visuelle assez simpliste et une déclinaison de couleurs plutôt sommaires, qui ne jouent pas la carte de la séduction.

Télé 7 Jours:
Qu'importe si la profondeur des personnages est sacrifiée au profit du show, le spectacle s'avère un bon divertissement.

Critikat.com:
Le film peine à prendre chair au-delà de cet assemblage d'effets aux directions dispersées, plutôt écrasant et à l'emphase technique désincarnée, accumulation dont il devient le prétexte.

Le Monde:
Le refus du réalisme est délibéré mais au lieu de mener à la stylisation, il devient l'expression de la pauvreté d'un univers familier (les mutants pourchassés, il y en a plein les rayons des vidéo-clubs) et désuet.

Le Parisien:
Le scénario, simplifié, opte résolument pour le fantastique mais reste trop superficiel et pâtit de la naïveté clichetonneuse de ses dialogues. Et l'esthétique choisie laisse perplexe tant elle évoque un jeu vidéo hyper daté et même inachevé.

L'Express:
(...) Film mal fichu.

Libération:
"The Prodigies" laisse un profond sentiment d'insatisfaction. (...) La forme, flashante, s'épuise tant le fond manque cruellement.

TéléCinéObs:
Cette histoire de cinq gamins américains surdoués, (...) est mise en scène avec une belle énergie. Dommage que le scénario et ses rebondissements se révèlent, au final, aussi conventionnels que l'esthétique est insolite.

Les Commentaires des Spectateurs sur le film The prodigies