> Accueil > Tous les films > Comedie > La venus a la fourrure
Affiche du film La venus a la fourrure

La venus a la fourrure


Sortie  2013  (1h33)
Réalisé par  ,
Avec  , ,
Genre 
Nationalité  France
Voir la bande-annonce
Presse vote ouivote ouivote ouivote ouivote non (4/5)

Acheter La venus a la fourrure sur Amazon.fr

Résumé du film La venus a la fourrure

Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu’il s’apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates. Pas une n’a l’envergure requise pour tenir le rôle principal et il se prépare à partir lorsque Vanda surgit, véritable tourbillon d’énergie aussi débridée que délurée. Vanda incarne tout ce que Thomas déteste. Elle est vulgaire, écervelée, et ne reculerait devant rien pour obtenir le rôle. Mais un peu contraint et forcé, Thomas la laisse tenter sa chance et c’est avec stupéfaction qu’il voit Vanda se métamorphoser. Non seulement elle s’est procuré des accessoires et des costumes, mais elle comprend parfaitement le personnage (dont elle porte par ailleurs le prénom) et connaît toutes les répliques par cœur. Alors que l’« audition » se prolonge et redouble d’intensité, l’attraction de Thomas se mue en obsession…

Les Critiques de la Presse vote ouivote ouivote ouivote ouivote non

Ecran Large :
Par Laurent Pécha
Une œuvre personnelle vertigineuse à la grille de lecture multiple. Emmanuelle Seigner y trouve le rôle d’une vie et Amalric s’avère un parfait et brillant compagnon de jeu. Un des tous meilleurs films de Polanski.

La Croix :
Par Jean-Claude Raspiengeas
Roman Polanski signe une composition subtile (...) entre un metteur en scène et une actrice, interprétés à la perfection par Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric.

Le Monde :
Par Franck Nouchi
La Vénus à la fourrure constitue une sorte de duel cinématographique opposant deux acteurs au sommet de leur art (...) Dans ce huis clos jubilatoire et antimachiste, Polanski se paye le luxe d'une réflexion étourdissante d'intelligence sur la signification du jeu d'acteur.

Le Parisien :
Par Pierre Vavasseur
(...) le résultat est un numéro de haute voltige toujours pertinent, jamais ennuyeux, forcément dérangeant. Mathieu Amalric est effervescent.

Marianne :
Par Danièle Heymann
(...) un film brillantissime de Roman Polanski, joute succulente pour deux acteurs inspirés (...)

Paris Match :
Par Alain Spira
Redoutable météorite cinématographique, cette comédie au cynisme érudit explose à l’écran en une pluie acide de pure intelligence. Rafraîchissant?! (...) Cette "Vénus à la fourrure" mérite d’être applaudie à s’en faire mal.

Télé 7 Jours :
Par Viviane Pescheux
Le jeu virtuose d'Emmanuelle Seignier, en actrice manipulatrice d'un metteur en scène ridicule (formidable Amalric), agit comme un charme vénéneux et magique. Magistral !

20 Minutes :
Par Caroline Vié
Le réalisateur du Pianiste signe une comédie coquine où écriture, mise en scène et interprétations brillantes se sont mises au diapason d’un cinéaste malicieux.

aVoir-aLire.com :
Par Gérard Crespo
(…) une merveille d'humour et de finesse, fidèle à l'univers sulfureux de Polanski.

Cahiers du Cinéma :
Par Stéphane Delorme
Prendre un homme et en faire un enfant. On oublie soudain Vénus, on se souvient que derrière le Séverin de Sacher-Masoch, il y a un petit enfant traumatisé mais heureux?: c’est toujours lorsque le cinéaste a donné voix au chapitre à cet enfant qu’il nous a livré ses meilleurs films.

CinemaTeaser :
Par Rose Piccini
Polanski s'amuse et son euphorie est contagieuse.

Critikat.com :
Par Carole Milleliri
"La Vénus à la fourrure" cultive un doute permanent, entre grotesque maladroit et mystère feutré.

Elle :
Par Florence Ben Sadoun
Un face-à-face qui énerve le spectateur au début puis qui devient fascinant par l'intelligence de la mise en scène et la souplesse du jeu des deux acteurs.

Le Journal du Dimanche :
Par Stéphanie Belpêche
Fiction et réalité fusionnent dans cette mise en abyme qui se réinvente en permanence. La jubilation est totale.

Les Fiches du Cinéma :
Par Cyrille Latour
Une leçon de mise en scène incontestable, doublée d'une démonstration ambigüe - voire pas très adroite - sur les rapports des sexes et la domination.

Les Inrockuptibles :
Par Serge Kaganski
Elégante variation autour de la manipulation en forme de huis clos théâtral.

Metro :
Par Marilyne Letertre
Dans le décor feutré d’un théâtre parisien, Roman Polanski filme le face-à-face entre un metteur en scène intello et misogyne et une actrice délurée et a priori écervelée. (...) Audacieux, insolent et savoureux.

Studio Ciné Live :
Par Laurent Djian
Voir le site de Studio Ciné Live.

TéléCinéObs :
Par Guillaume Loison
La maitrise Polanskienne écrabouille le spectre du théâtre filmé, cannibalisant le moindre centimètre carré d’espace avec une efficacité inouïe.

Télérama :
Par Pierre Murat
Dès Le Couteau dans l'eau, son premier long métrage, Polanski révélait, entre les êtres, les rapports de force, de domination. Ce petit film habile confirme l'idée qu'il se fait de cette humanité souffrante qu'il a si souvent égratignée dans ses satires et ses contes noirs.

Transfuge :
Par Frédéric Mercier
Un piège diabolique pour égarer les sens et le sens que le spectateur voudrait lui donner.

L'Express :
Par Christophe Carrière
Voir le site de L'Express.

Libération :
Par Bruno Icher
En une sorte de précipité autobiographique, le film se met à accumuler les indices plus ou moins aveuglants sur (...) ce qui s’est passé avant, liant par la fiction Polanski (...). Dans l’enchaînement un rien mécanique des rôles qui ne cessent de s’échanger entre les personnages, on peine à entendre la voix du cinéaste en coulisse.

TF1 News :
Par Romain Le Vern
Le cinéaste qui nous avait ébloui avec son thriller-somme "The Ghost Writer" reprend du poil de la bête avec ce huis-clos sadomaso délicieux, à la fois drôle et dérangeant.

Première :
Par Isabelle Danel
Ce fourre-tout clinquant manque singulièrement de mystère.

Les Commentaires des Spectateurs sur le film La venus a la fourrure

Annonces