> Accueil > Tous les films > Western > Django unchained
Affiche du film Django unchained

Django unchained


Sortie  2013  (2h44)
Réalisé par  ,
Avec  , , ,
Genre 
Nationalité  Usa
Voir la bande-annonce
Presse vote ouivote ouivote ouivote ouivote oui (5/5)

Acheter Django unchained sur Amazon.fr

Résumé du film Django unchained

Dans le sud des États-Unis, deux ans avant la guerre de Sécession, le Dr King Schultz, un chasseur de primes allemand, fait l’acquisition de Django, un esclave qui peut l’aider à traquer les frères Brittle, les meurtriers qu’il recherche. Schultz promet à Django de lui rendre sa liberté lorsqu’il aura capturé les Brittle – morts ou vifs.Alors que les deux hommes pistent les dangereux criminels, Django n’oublie pas que son seul but est de retrouver Broomhilda, sa femme, dont il fut séparé à cause du commerce des esclaves…Lorsque Django et Schultz arrivent dans l’immense plantation du puissant Calvin Candie, ils éveillent les soupçons de Stephen, un esclave qui sert Candie et a toute sa confiance. Le moindre de leurs mouvements est désormais épié par une dangereuse organisation de plus en plus proche… Si Django et Schultz veulent espérer s’enfuir avec Broomhilda, ils vont devoir choisir entre l’indépendance et la solidarité, entre le sacrifice et la survie…

Les Critiques de la Presse vote ouivote ouivote ouivote ouivote oui

20 Minutes:
"Django Unchained", c'est le genre de films qui vous rappelle pourquoi vous aimez le cinéma.

aVoir-aLire.com:
Dans ce feu d'artifice où tout relève d'un labeur de première qualité, les acteurs s'amusent à incarner des monuments d'émotion (...) tout porte à la jubilation malgré quelques défauts apparents : une durée excessive.

Cahiers du Cinéma:
Ce que "Django Unchained" tire du western italien tient assurément dans ce refoulé de morbidité, de sadisme et de raffinement qui n'a jamais vraiment eu cours dans le western américain. (...) L'air vicié du "Southern Gothic" qui flotte sur "Django Unchained" écrase chacune de ses séquences d'une admirable beauté empoisonnée.

Charlie Hebdo:
On pourrait résumer la trajectoire de Tarantino (...), et comprendre pourquoi "Django Unchained" constitue non seulement son meilleur opus à ce jour, mais plus simplement un grand film américain, à un planétarium immense, rempli de constellations et de trois planètes qui viennent enfin de parfaitement s'aligner : le western, l'Histoire et la vengeance.

Chronic'art.com:
Film brillant, exaltant, émouvant, "Django Unchained" prolonge le programme ouvert par "Boulevard de la mort", et finit d'ouvrir à la filmographie de Tarantino la voie d'une maturité pour le moins paradoxale.

CinemaTeaser:
Tarantino insuffle à son spectaculaire southern une rage qui est une source de grande exaltation.

Elle:
Délirant, remarquablement mis en scène.

Le Journal du Dimanche:
La maîtrise est totale. Tout y est : le ton, le style virtuose, la musique et l'interprétation étourdissante avec l'humour pince-sans-rire de Christoph Waltz, la rage silencieuse de Jamie Foxx, le sadisme placide de Leonardo DiCaprio, le délire de puissance de Samuel L. Jackson... Du très grand art.

Le Parisien:
Un western-hommage (...) dans lequel on retrouve les fondamentaux de Tarantino (...) mais surtout, pour la première fois de sa carrière, Tarantino signe un grand film politique pour dénoncer ce que fut l'esclavage.

L'Humanité:
Un film percutant, aux images ciselées et plein de trouvailles.

Libération:
Encore une fois, il a su soigner les attentes de toutes les factions de son fan-club : inconditionnels de la fusillade musclée, adorateurs des dialogues ciselés, fervents des attitudes cool...

Marianne:
Avec "Django Unchained", la fascination assumée du cinéaste [Tarantino] pour la violence trouve enfin son terrain naturel : le western. Un long-métrage brillant.

Metro:
"Django Unchained" convoque le meilleur du cinéma de Quentin Tarantino.

Ouest France:
Spectacle, humour, violence (...) dans un regard critique sur le passé des USA. Du grand Tarantino.

Paris Match:
Ce Tarantino est à voir mort ou vif. Tous en salle...

Positif:
"Django Unchained" est une oeuvre exaltante [qui] achève de consacrer, avec gourmandise, la suprématie de la dramaturgie.

Télé 7 Jours:
Une fois de plus, l'art du génial Quentin ne ressemble qu'à du Tarantino : et c'est jubilatoire.

TéléCinéObs:
Récit d'une vengeance, dialogues drolatiques, acteurs réinventés, BO tonitruante, choc des cultures et des références : le melting-pop tarantinien n'a pas changé. Il brille ici dans toute sa dimension bouffonne et perverse.

Télérama:
Peut-être prêt à accepter une maturité qu'il semblait toujours repousser, le cinéaste livre un film d'une beauté presque classique et se laisse gagner par une sincérité nouvelle.

Transfuge:
Comédie ravageuse et hyperviolente, hommage énamouré au western-spaghetti dopé à la tchatche made in Tarantino, c'est un grand film du réalisateur - et un grand film américain tout court.

Filmsactu:
Qu'il est bon de revenir à un septième art dont la simplicité et la frontalité assumée forcent le respect. Un très bon moment de cinéma.

Le Monde:
(...) Ce scénario de vengeance des vaincus est toujours aussi jouissif. Et passionnant sur le plan de la représentation.

Le Nouvel Observateur:
On retrouve l'excellent Christoph Waltz qui, de nazi traqueur de juifs, devient un chasseur de primes déguisé en dentiste dont l'élégance, la culture et l'accent germanique sont à l'origine de plusieurs des meilleurs moments du film.

L'Ecran Fantastique:
Tarantino signe l'un de ses hommages les plus maîtrisés, les plus réjouissants aussi. (...) Du très grand Tarantino.

Les Fiches du Cinéma:
DJ Tarantino remixe western spaghetti et traite des Noirs : son morceau, d'une redoutable modernité élégiaque, [...] fait croire aux pouvoirs du cinéma.

Les Inrockuptibles:
Tarantino réussit à secouer le western par le sujet, les situations et dialogues, moins par la facture visuelle et la mise en scène. À cette réserve près, c'est globalement du très bon.

L'Express:
Voir le site de l'Express

Première:
"Django Unchained", par sa violence graphique et son super-héroïsme ambigu, s'inscrit (...) dans une logique de démystification de l'histoire américaine en mettant parallèlement en place les éléments de sa propre légende.

TF1 News:
Si seulement tous les films partageaient cette même ambition, cette même générosité, cette même énergie vitale, cette même audace créatrice...

Critikat.com:
Avec "Django Unchained", Quentin Tarantino poursuit son exploration du "Revenge movie", mais sur un mode moins implacable et plus sinueux que ses précédents films.

Ecran Large:
Assagi, Quentin Tarantino réitère la formule d'"Inglourious Basterds" dans un western tendu et finalement plutôt humble. À défaut de marquer totalement les esprits, "Django Unchained" procure un plaisir immédiat, à commencer par son formidable trio d'acteurs.

La Croix:
Au-delà des scènes paroxystiques, des pétarades, chevauchées et explosions superlatives, le film vaut surtout pour les numéros d'acteurs que les comédiens déjà cités, mais aussi Samuel L. Jackson dans le rôle d'un vieux serviteur renégat, accomplissent avec brio.

Les Commentaires des Spectateurs sur le film Django unchained

Annonces