> Accueil > Tous les films > Drame > Agora
Affiche du film Agora

Agora


Sortie  2008  (2h06)
Réalisé par  ,
Avec  , , ,
Genre 
Nationalité  Usa
Voir la bande-annonce
Presse vote ouivote ouivote ouivote nonvote non (3/5)

Acheter Agora sur Amazon.fr

Résumé du film Agora

IVème siècle après Jésus-Christ. L'Egypte est sous domination romaine. A Alexandrie, la révolte des Chrétiens gronde. Réfugiée dans la grande Bibliothèque, désormais menacée par la colère des insurgés, la brillante astronome Hypatie tente de préserver les connaissances accumulées depuis des siècles, avec l'aide de ses disciples. Parmi eux, deux hommes se disputent l'amour d'Hypatie : Oreste et le jeune esclave Davus, déchiré entre ses sentiments et la perspective d'être affranchi s'il accepte de rejoindre les Chrétiens, de plus en plus puissants...

Les Critiques de la Presse vote ouivote ouivote ouivote nonvote non

Brazil:
Voilà une oeuvre qui nous réconcilie avec les films à grand spectacle.

Excessif:
Une oeuvre brulante et sous-estimée qui mérite d'être reconsidérée.

Positif:
(...) Agora est une oeuvre hybride et politique, assumée comme telle.

Première:
Fresque postmoderniste gonflée, Agora convoque des références écrasantes (...), propose une réflexion substantielle sur la liberté de pensée et emballe le tout dans une histoire pleine de bruit, de discours et de fureur.

Télé 7 Jours:
En conjuguant grand spectacle et réflexion humaniste, il [Alejandro Amenabar] livre un film hors normes, intelligent et visuellement impressionnant (...).

20 Minutes:
Cette fresque métaphysique filmée comme un reportage souffre quand même de quelques lourdeurs, mais elle vibre d'une passion communicative pour son sujet.

Le Monde:
Agora est un péplum intellectuel. Cette aspiration donne au film un rythme étrange, qui tente de concilier le débat et les combats, le dialogue et le spectacle. Le résultat est gauche souvent, mais presque toujours intéressant.

Le Parisien:
"peplum brillant et intelligent (...) bel hymne à la tolérance.

Libération:
L'intérêt par défaut de ce péplum (...) est sa vision des premiers chrétiens en secte crasseuse de fous de dieu misogynes antisémites à la taliban (...).

TéléCinéObs:
En équilibre précaire entre son triangle amoureux, sa reconstitution carrée de l'Histoire et ses parallèles avec notre monde qui ne tourne pas rond, le cinéaste, à quelques emphases près, trouve toujours le bon angle et la forme juste.

Télérama:
un peplum mariant castagne et métaphysique, porté par son héroïne

Chronic'art.com:
A force de ne faire aucun choix esthétique ou narratif, (...) ne reste du film qu'un immense arrière-plan sans âme, une longue phrase ânonnée qui ravale un sujet fort (Hypathie) au rang de complément.

La Croix:
Amenabar reconstitue avec un certain réalisme une cité d'Alexandrie (...) mais il n'évite pas les erreurs historiques.

Les Inrockuptibles:
ce péplum sophistiqué (...) abuse de l'infographie pour figurer les plongées cosmiques de la caméra dans la mêlée terrestre. Esthétiquement, historiquement, ce film (...) est du niveau d'un épisode de la série Rome.

Ouest France:
Lourde démonstration pompeuse.

Cahiers du Cinéma:
Du combat contre le machisme, l'arrivisme et l'intolérance ne subsiste qu'un salmigondis teinté à l'occasion d'érotisme Obao.

Le Figaroscope:
À trop vouloir fusionner la découverte du cosmos avec le choc des liturgies religieuses, Alejandro Amenabar, a fini par se prendre les pieds dans le tapis galactique. Son péplum théologique vous rendrait presque agoraphobe.

Les Commentaires des Spectateurs sur le film Agora